• François Morin

Quelles activités sportives choisir ?

Les moins banales

Pas de surprise, le football est beaucoup plus pratiqué que l’escrime ! Résultat, les jurys sont vite rassasiés de candidats pratiquant le football. Et de façon générale, les jurys sont confrontés à des candidats qui pratiquent en masse :

  1. Le football

  2. Le tennis

  3. L’équitation

C’est un simple constat. Cela ne signifie pas que vous soyez pénalisé parce que vous pratiquez ces activités, mais vous retiendrez moins l’attention du jury car vous évoluez dans l’univers du banal. Cela a deux conséquences :

  1. Privilégiez les activités sportives plus originales même si vous les avez moins pratiquées.

Exemple : vous avez fait de la boxe pendant 2 ans et du football pendant 10 ans. Il est vraisemblable que la boxe intéressera plus le jury.

  1. Parlez de ces activités plus banales si et seulement si vous avez une matière consistante à livrer.

Exemple : évidemment, si votre engagement dans le football a été fort, parlez du football. Seulement à cette condition le football pourra être privilégié à la boxe.

« Et la danse, vous n’avez pas oublié la danse dans les sports banals ? » Attention, la danse n’est pas un sport mais un art. Non, non, c’est très sérieux. Alors, vous allez rétorquer que c’est très physique la danse. Tout comme peindre une toile de 4 mètres sur 3 et pourtant la peinture n’est toujours pas un sport.

Les plus engageantes

« Faire du footing de temps en temps » vs « faire des semi-marathons (21 km) »

« Nager (aller à la piscine !) » vs « nager 4 km 3 fois par semaine »

« Faire du football avec des amis » vs « concourir en championnat universitaire »

La pratique occasionnelle du roller sur les quais de Seine a peu de chance de marquer un jury. De même si vous tapez dans une balle de temps en temps. Privilégiez toujours les sports pour lesquels vous pouvez montrer de la consistance. Il y a plusieurs marqueurs de consistance possibles :

  1. La compétition

La pratique d’un sport en compétition a une vraie valeur aux yeux du jury car elle signifie un engagement fort. D’ailleurs la question suivante est très fréquente : « Vous pratiquez ce sport en compétition ? ». Il faudra dès lors détailler votre parcours en compétition, vos éventuels titres…

  1. Le temps de pratique

Vous pouvez très bien ne pas avoir pratiqué un sport en compétition mais pourtant y consacrer beaucoup de temps. Evidemment c’est un critère de poids et il faut l’exprimer très clairement.

Pratique du rugby : 2 entraînements par semaine, plus des matchs amicaux tous les week-ends.

Course à pied : 10 km, 3 fois par semaine

  1. L’engagement associatif

Un sport peut avoir de l’importance par l’activité sociale qui l’entoure : organisation des matchs, gestion de l’association, entraînement des plus jeunes.