• François Morin

Le béni oui-oui et les révérences

Origine

  1. L’idée que vous êtes devant un jury tout-puissant, sorte de dieu suprême. Ce qui n’est évidemment pas le cas.

  2. L’absence d’écoute. Quand on n’écoute pas un jury, qu’on est ailleurs (et ça arrive les moments d’absence, sous stress), pour exister et montrer qu’on est bien là, à l’écoute, on dit amen à tout.

  3. La volonté de bien faire. On s’imagine qu’en étant aux petits soins du jury, il va être plus sympa.

Manifestation

  1. Le hochement de tête de haut en bas à chaque intervention du jury, quel que soit son propos. Hochement qui veut dire en général « j’ai compris » ou « je suis d’accord » mais ce n’est juste pas possible puisque vous le faites sans avoir écouté la fin. A bannir !

  2. L’incapacité à dire « non », à ne pas être d’accord, à apporter une contradiction à une argumentation du jury.

  3. Le sourire figé qui accompagne toute réponse à une question gênante à laquelle on préfère un « oui » de politesse à un « non » engagé. Le rougissement aussi, qui montre souvent que vous vous contenez et n’osez pas donner la vraie réponse.

  4. L’excès de politesse. Qui devient parfois de la mièvrerie lorsque vous dites au jury « Bonne question ! » ou « Je vous l’accorde ». Ce n’est juste pas possible.


Achetez l’accès illimité au site pour poursuivre la lecture de cet article. Produitsdentretiens est la plus grosse somme produite sur les entretiens de motivation/personnalité dans l’enseignement supérieur. Vous aurez accès à des centaines d’articles, approfondis, sur toutes les questions et situations imaginables en entretien. Il vous manque des réponses ? Posez vos questions ! Produitsdentretiens s’enrichit sans cesse.


€30,00 accès illimité 1 an

Log in