• François Morin

Entraînement à l’agilité





Règles du jeu

Vous connaissez ma position : il est inutile de vous préparer aux 2000 questions possibles et imaginables que l’on peut vous poser en entretien. Elles sont bien plus de 2000 d’ailleurs. Ce serait totalement contre-productif. Vous devez préparer une dizaine de points-clés qui vont vous permettre de répondre à quasiment toutes les questions, moyennant un peu d’agilité.


Le temps est donc venu de tester votre agilité. Vous avez ci-dessous une longue liste de questions qui peuvent vous être posées en entretien. Vous avez, à chaque fois, trois possibilités de vous en sortir :

  1. soit l’un de vos points-clés;

  2. soit un élément que vous connaissez déjà; seule la forme de la question change et a tendance à vous perdre

  3. soit une pirouette



Pour vous aider, j’indique ici une liste de points-clés virtuelle qui a force d’exemple et vous permet de visualiser chaque réponse aux questions ci-dessous.

Entraînez-vous avec vos propres points-clés !

Diplôme de Centrale Nantes Stage de 6 mois en management de projet (construction d’une centre hydroélectrique) Stage de 3 mois en audit Travail d’été comme plagiste Travail d’été comme guichetier dans une banque Pratique du Kite surf Association Genepi (enseignement en milieu carcéral) Lecture de l’actualité (intérêt pour la géopolitique : 1 sujet préparé sur les nouvelles tensions en Europe de l’Est et pour les sujets de société : 1 sujet préparé sur les nouvelles formes de mobilité dans les espaces urbains) Cinéma (Tati) Voyages : USA (1mois) et Colombie (1 mois)

A vous !

Savez-vous dire « non » ?

—> « Lors de mon travail d’été en tant que guichetier au Crédit Mutuel, j’ai été amené à dire plusieurs fois « non ». J’ai travaillé pendant 2 mois, l’été 2014… (le bloc Crédit Mutuel + accent mis sur la réponse à la question spécifique)».

Qu’est-ce qui vous fait rire ?

—> « Le cinéma de Jacques Tati me fait rire (bloc préparé sur le cinéma). »

Qu’est-ce qui vous fait pleurer ?

—> « La situation dans les prisons françaises me fait sinon pleurer, me révolte. Je suis implique (bloc GENEPI). » Au passage, vous notez que nous avons ici pris la liberté de modifier la question : on passe des pleurs à la révolte. C’est de l’agilité.

Faites-nous un grand écart !

—> « Nous avons beaucoup parlé de choses au final fort sympathiques, le cinéma, le kitesurf alors permettez-moi d’introduire un sujet beaucoup plus sérieux : mon engagement pour le Genepi (bloc GENEPI). » Au passage, notez combien cette question peut paraître déroutante, et pourtant, avec un peu d’agilité, la réponse est simple, non ?





Qu’est ce qui vous motive le plus ?


—> « Les projets. Travailler sur un projet, avec un début, une fin, une mise oeuvre, c’est ce qui me motive le plus. C’est la raison pour laquelle j’ai tant apprécié mon stage sur un projet de création de centrale hydroélectrique (bloc stage) »Qu’est ce qui vous fait rêver ?

—> « Les côtes brésiliennes, celles du sud-est du Brésil. Je pratique le kite-surf depuis 8 ans… (bloc kite-surf)… ».

Etes-vous un leader ?

—> « Je ne pense pas être un leader. Je suis plutôt une personne rigoureuse, qui aime s’assurer d’une mise en oeuvre parfaite. Je serais plutôt dans l’entourage du leader ou alors dans un environnement plus collaboratif. Ce même environnement dont j’ai bénéficié lors de mon stage (bloc stage). »

Quel type de difficulté avez-vous du mal à gérer ?

—> « L’indifférence des gens, je le gère plutôt mal. Par exemple, je me suis beaucoup impliqué dans mon travail de plagiste et j’ai pas eu le moindre remerciement ou la moindre marque de confiance. En effet, j’ai été plagiste (bloc plagiste). »

Qu’est ce qui vous fait vibrer ?

—> « Le cinéma et la vision juste que peuvent transmettre certains réalisateurs. Cette vision dans laquelle vous vous retrouvez parce qu’ils ont mis des images, des mots sur des choses que vous ressentez. C’est le cas du cinéma de Jacques Tati (bloc cinéma). »

Imaginez une soirée virtuelle avec Madonna !

—> « Je l’emmène en prison ! Elle a beaucoup mis en scène la prison dans ses clips. Et je pense que les détenus seront ravis de cette attraction, plus que moi (ici vous ne pouvez passer trop vite à votre bloc parce que le jury vous immerge dans une question très spécifique; placer brutalement votre bloc serait donc vu comme du placement à tout pris et un refus de jouer le jeu. Le mieux est de placer votre bloc mais en le convertissant, en l’adaptant tout entier à cette situation virtuelle). Donc je l’emmène à la prison de Fleury-Mérogis, celle où je me rends 4 heures chaque semaine (vous décrivez vos actions mais en mode « voilà ce que nous ferons avec Madonna »).

—> « Euh, non. Je ne l’imagine pas. Vous pourriez au moins me laisser le choix de mon invité ?! Je préfèrerais manger avec un réalisateur, mort, mais ressuscité pour l’occasion, Jacques Tati. En effet, j’aime le cinéma (bloc cinéma). »

Etonnez-nous !

—> « Je suis un ingénieur, avec un vrai intérêt pour l’ingénierie, l’industrie et j’ai pourtant pris beaucoup de plaisir à faire un stage en audit ! (bloc stage en audit). »

Que pensez-vous de la société actuelle ?

—> « Je ne crois pas que la société actuelle soit différente des précédentes; je veux dire par là que l’on trouve dans la société actuelle des inégalités, des inerties, des consécrations, de l’inventivité. Et c’est peut-être ce dernier point qui retient le plus mon attention. Malgré le





pessimisme ambiant, je trouve notre société inventive. Prenons un exemple : celui de la mobilité dans les villes (bloc d’actualité). »

Par quoi voudriez-vous commencer ?

—> « Si vous me laissez la main, j’aimerais commencer par mon stage de 6 mois chez Velcan Energy parce qu’il est sans doute le plus consistant et celui qui en dit le plus sur mon projet futur (bloc stage). »

De quoi voudriez-vous parler ?

—> « Nous avons beaucoup parlé de mes expériences professionnelles et peu de mes activités extra-universitaires. Et pourtant, l’une d’entre elle a été très engageante… (bloc Genepi) »

Recherchez-vous les honneurs ?

—> « Pas franchement. J’aime seulement avoir la reconnaissance des personnes pour lesquelles je fournis un effort important. Par exemple, j’ai travaillé comme plagiste pendant l’été (bloc plagiste). »

Avez-vous le goût du risque ?

—> « Oui, je pense avoir un certain goût du risque. Je pratique depuis 8 ans le kite-surf (bloc kite- surf + insistance sur la notion de risque dans cette activité en général et pour vous). »

Quel est le risque le plus important que vous ayez pris ?

—> « Faire du kite-surf avec un vent de force 7, alors que mon niveau ne me le permettait pas tout à fait. En effet, je pratique le kite-surf (bloc kite-surf). »

Qu’avez-vous réalisé d’exceptionnel dans votre vie ?

—> « Si l’on entend par exceptionnel quelque chose de pas courant, je peux vous dire que j’ai passé 2 jours avec un chaman en Colombie. Je suis parti en Colombie (bloc Colombie). »

Pensez-vous être plus productif en travaillant seul ou en étant en groupe ?

—> « Je suis productif dans les deux cas. Mais j’ai une vraie préférence pour le travail collectif. C’est ce que j’ai apprécié dans mon stage chez Velcan Energy. J’ai réalisé un stage de 6 mois… (bloc stage).

Qu’avez-vous fait le week-end dernier ?

—> « C’était un week-end très calme, version canapé et cinéma. J’ai regardé un film de Jacques Tati que j’adore : Mon Oncle. J’aime beaucoup le cinéma (bloc cinéma). »

Avez-vous un idéal ?

—> « Plusieurs. En tant qu’habitant en ville, j’ai un idéal de ville écologique, de ville qui soit autre chose qu’un espace de pollution, de stress et je pense que cet idéal est un horizon raisonnable vers lequel on peut tendre. Par exemple, la question de la mobilité (bloc sujet d’actualité). »

Avez-vous un grand projet d’avenir, une grande ambition ?

—> « J’aimerais pouvoir m’impliquer dans des projets dans lesquels je crois. Ma compétence technique associée à la gestion de projet et à une orientation « business » me donnera des clefs





pour aborder des projet d’infrastructures qui compteront pour demain. Je suis particulièrement attentif à l’espace urbain et à la question de la mobilité. Il y a là des projets incroyables à réaliser (bloc sujet d’actualité). »

Racontez-nous un souvenir mettant en valeur votre esprit d’initiative !

—> « J’avais envie de voyager mais je n’en avais pas les moyens. Alors en 2014, j’ai décidé de travailler pendant 2 mois pour me payer un vol aller-retour vers la Colombie. Je suis parti 1 mois… (bloc Colombie). »

Quelle attitude adoptez-vous en cas de conflit dans un groupe (une équipe) ?

—> « J’ai plutôt un rôle de médiateur. Je ne me sens pas leader donc le conflit vient rarement de moi; je cherche plutôt le compromis. C’est par exemple ce qui se passes très souvent dans mon engagement au sein du Genepi (bloc Genepi + traitement à un moment d’un cas de conflit). »

A quelle époque auriez-vous aimé vivre ?

—> « Assurément, je suis très content de vivre à nos époque. Mais si vous m’offrez la possibilité d’exercer ma curiosité en me rendant à une autre époque, je choisirais le Guerre Froide, la période après 1947. Les tensions actuelles en Europe de l’Est trouvent leur origine dans cette période post-seconde guerre mondiale (bloc sujet d’actualité). »

Quel est l’événement le plus marquant de votre existence ?

—> « La rencontre avec un détenu qui revendique son innocence. Je travaille depuis 2 ans au sein du Genepi (bloc Genepi + glissement sur le cas de ce détenu). »

Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?

—> « Jusqu’en prison ! (bloc Genepi) »

Faites-nous rêver !

—> « Alors je vous emmène aux Etats-Unis, sur la côte Ouest. Je suis parti aux Etats-Unis en 2014 pendant 1 mois… (bloc Etats-Unis). »

De quoi avez-vous peur ?

—> « D’une société qui enferme et isole pour régler ses problèmes. Il y a plus de 60 000 détenus en France et pourtant la criminalité n’a jamais été aussi élevée. Ce qui me fait dire cela, c’est mon engagement au sein du Genepi depuis 2 ans. Le Genepi est une association… (bloc Genepi + glissement vers la question de l’enfermement). »

Votre face cachée, votre côté sombre ?

—> « J’ai un vrai sens critique sur notre monde, particulièrement sur la modernité. Je ne suis pas un ingénieur qui veut tout moderniser, aller vers plus de progrès. Il y a une dimension romantique dans le monde que j’aime. Cela se retrouve par exemple dans mon intérêt pour les films de Jacques Tati (bloc cinéma). »

Qu’est-ce qui vous meut ?

—> « Les idées et les projets qui font avancer les hommes. Je n’ai pas choisi par hasard de faire un stage dans une entreprise travaillant à faire émerger des sources d’énergie non polluantes. En effet, j’ai fait un stage de 6 mois (bloc stage Velcan Energy)





On vous offre une autre vie, vous faîtes quoi ?



—> « Je fais de la politique et je m’engage dans un grand combat pour renouveler la politique pénale et penser autre chose qu’un système carcéral. Pour comprendre, il faut que je vous explique mon implication dans l’association Genepi depuis 2 ans. »

Faites-nous rire !

—> « Rire, je ne sais pas et je ne sais pas si c’est le lieu par ailleurs, mais sourire, je peux vous raconter une anecdote qui m’est arrivée alors que j’étais plagiste. Pour contextualiser, j’ai travaillé… (bloc plagiste + glissement vers l’histoire qui fait sourire). »

Quelle est votre originalité ?

—> « Je suis un ingénieur qui lit le journal. Ce n’est pas si courant (avec le sourire). Quand mes camarades en prépa ne faisaient que des maths, je prenait au moins une heure par jour pour lire les journaux. Je lisais beaucoup d’articles de géopolitique par exemple, de géopolitique européenne en particulier (là, vous ne placez pas tout de suite votre bloc, cela ferait brutal; mais le jury risque de vous lancer). »

Quelles sont vos valeurs ?

—> « La liberté, que je retrouve dans le kite-surf; l’engagement, que je retrouve dans mon implication associative au sein du Genepi, association d’enseignement dans les prisons; et enfin l’esprit critique, que j’aime retrouver dans mes lectures ou le cinéma, de Jacques Tati par exemple.

Qu’est ce qui vous énerve le plus ?

—> « L ‘indifférence à des causes que je perçois comme justes. C’est le cas notamment de la condition de détenus. Elle est déplorable en France, dénoncée par les parlementaires, par la Cour européenne des droits de l’homme mais cela indiffère l’opinion publique. Je peux vous en parler parce que j’interviens au sein d’une association qui s’appelle le Genepi…(bloc Genepi). »

Si vous aviez une baguette magique et que vous deviez changer quelque chose à votre personnalité, que changeriez-vous ?

—> Renvoi vers vos défauts; puis vous en profitez pour placer vos qualités. « Je changerais sans doute le plus grand de mes défauts… (explicitation en 1 minute). Mais attention, il y a des éléments que je garde aussi, mes qualités (explicitation) ! »

Pourquoi vous plutôt que le candidat précédent ?

—> Renvoi vers votre plus grande qualité (si elle est distinctive)

Décrivez-vous en une phrase !

—> Renvoi vers deux qualités et un défaut ou vers trois qualités

Donnez les trois adjectifs qui vous caractérisent le mieux !

—> Renvoi vers deux qualités et un défaut ou vers trois qualités

Pourquoi ne vous prendrions-vous pas ?





—> Renvoi vers vos défauts; puis vous en profitez pour placer vos qualités. « Je changerais sans doute le plus grand de mes défauts… (explicitation en 1 minute). Mais attention, il y a des éléments que je garde aussi, mes qualités (explicitation) ! »

Avez-vous déjà eu l’occasion de travailler en équipe ?

—> « Oui, plusieurs fois mais le cas le plus marquant a été mon stage de 6 mois en management de projet (bloc stage, avec insistance au cours du développement du bloc sur les parties de travail en équipe).

Quels sont les faits et actions démontrant vos capacités d’engagement ?

—> « Ma principale action engagée s’es effectuée au sein du Genepi (bloc Genepi)

« Et si je n’ai pas d’engagement associatif allez-vous me dire ? » Eh bien, moyennant une petite transition, vous pouvez utiliser d’autres points-clés :

  1. « Il y a un sujet qui me mobilise beaucoup pour lequel mon engagement est pour le moment réflexif, d’interrogation et de recherche, c’est celui de la mobilité et des espaces urbains (bloc sur les nouvelles formes de mobilité et les espaces urbains). « Oui, mais le jury risque de me répondre : nous vous parlons d’engagement, pas de lecture ! ». Dans ce cas, votre réponse possible : « Ce sera sans doute l’un de mes prochains engagements en action; mais avant de m’engager en action, j’ai besoin de réfléchir; c’est fort, un engagement et un engagement sans réflexion préalable, c’est un comportement moutonnier. »

  2. « Mon engagement est encore aujourd’hui en élaboration. Avant de s’engager, il faut bâtir une conviction forte. J’en suis à cette étape là. Et il y a des sujets qui me tiennent particulièrement à coeur, en particulier autour du thème de la modernité. Cette modernité m’interroge beaucoup à travers les ouvrages de Maupassant, mais aussi d’Hannah Arendt et surtout à travers le cinéma qu’un réalisateur que j’adore, Jacques Tati (bloc Tati).Qu’est-ce qui vous fait courir ?

—> « Je n’ai rien contre la course, mais je préfère glisser. Ce qui me fait avancer, c’est la recherche de sensations et le kitesurf est une passion depuis maintenant 5 ans (bloc kitesurf) »

—> Si vous sentez que le jury est plutôt dans une atmosphère sérieuse concernant cette question, alors : « Ce qui me fait courir, c’est de dépasser des limites de ce qui me paraît a priori possible (bloc Genepi ou bloc kitesurf)

Qu’est-ce qui vous meut ?

—> Si vous sentez que le jury est plutôt dans une atmosphère sérieuse concernant cette question, alors : « Ce qui me fait courir, c’est de dépasser des limites de ce qui me paraît a priori possible (bloc Genepi ou bloc kitesurf)

Qu’est-ce qui vous fait ou pourrait vous faire pleurer ?

—> « Un film qui me donnerait plus qu’à voir et à entendre mais me permettrait de sentir, de toucher, de goûter. Par exemple un film comme Jour de Fête de Jacques Tati (bloc Tati). »

Quel est votre modèle ?

—> « Modèle est un concept fort; je n’ai pas de modèle au sens strict, mais certaines personnes m’inspirent. C’est le cas du réalisateur Jacques Tati qui a travaillé en entreprise et, un jour, a tout quitté pour se lancer dans le cinéma parce qu’il avait acquis une vision du monde qu’il souhaitait transmettre. La dimension de modèle réside ici dans la capacité qu’il a à sortir d’une zone de légitimité pour aller en alimenter une autre; c’est souvent dans ces chevauchements de vies que se créent les choses (bloc Tati) »





Parlez-nous d’un chef d’entreprise !

—> « Je vous parlerais volontiers du PDG de Blablacar parce qu’il a su imposer un nouveau paradigme, celui du partage et ainsi participé à une conception complexe de la mobilité. Ce sujet est très important car nous sommes prisonniers depuis un siècle du modèle de la voiture individuelle, propriété de chacun. Le PDG de Blablacar a su développer un modèle, celui du partage, qui existait déjà, mais devait être généralisé à l’ensemble de la population et non à une communauté restreinte d’écolos-partageurs. Le prochain défi sera sans doute celui de la mobilité intra-urbaine (bloc sur la mobilité urbaine). »

Avez-vous un idéal ?

—> « Oui, celle d’une ville autonome et fluide. Je pense que l’espace urbain est un espace d’avenir, permis par la concentration, la densité. Pourvu que l’on soit capable de penser la mobilité (bloc mobilité). »

Combien valez-vous ?

—> « 6 mètres. 6 mètres, c’est la hauteur de la plus grosse vague sur laquelle j’ai surfé à ce jour (bloc kite surf) »

Quelles sont vos valeurs ?

—> « Ma valeur principale est la compréhension. Il y a plein de situations, d’actes auxquels nous n’avons pas accès, que l’on condamne même. Et pourtant, nous avons les moyens de comprendre. La pédophilie par exemple est condamnable et condamné. Pourtant, nous sommes en moyen de comprendre les coupables. Il faut absolument les comprendre. La compréhension de l’autre, la capacité à se mettre à sa place, est sans doute ma principale valeur. Elle est apparue comme telle lors de ma expérience au sein du Genepi (bloc Genepi avec insistance sur les actes dont les détenus sont coupables). »

Qu’est-ce qui vous choque ?

—> « L’absence de mobilisation collective pour le développement d’une écologie industrielle me choque. Nous avons les moyens de transformer profondément, par la technologie, notre industrie, à commencer par notre industrie énergétique et pourtant rien. J’aimerais vous parler à ce titre de mon stage réalisé chez un industriel de l’énergie (bloc stage de 6 mois, insistance dans c-les apports sur le potentiel industriel des énergies propres). »

Vous voulez tout contrôler !? (un jury vous dit cela s’il sent une très grande maîtrise de l’entretien, du réponse-à-tout)

—> « Non, sinon je n’affronterais pas des vagues de 6 mètres, en étant guidé par des vents de force 8. Je pratique le kitesurf régulièrement et il vaut mieux ne pas vouloir tout contrôler ! (bloc kitesurf). »

Que pouvez-vous faire pour nous plaire ?

—> « Je peux vous proposer un transat en première ligne avec un cocktail maison ? Qu’en dites- vous ? J’ai été plagiste… (bloc plagiste). »



Qu’est-ce qui serait le plus difficile à vivre pour vous ?





—> « Une destruction des conditions de vie de l’homme, par l’homme lui-même alors que ce dernier a à sa disposition les moyens de préserver ces conditions. Ce serait et c’est d’ores et déjà, pour moi, le plus difficile à vivre tant d’un point de vue macro que micro, mon niveau personnel, puisque j’en subi déjà les effets. Plus précisément, une impuissance dans ma vie professionnelle à mettre en oeuvre des technologies qui sont pourtant attendues, écologiquement efficaces, pour des raisons politiques ou d’inertie, serait difficile à vivre. Car je sais que les technologies sont disponibles, alors ce serait difficile à vivre. Je me suis rendu du compte de ce double aspect de disponibilité et d’inertie lors de mon stage chez un industriel de l’énergie (bloc stage de 6 mois). »

Votre côté décadent ?

—> « J’aime partir loin de toute civilisation, sans même avoir accès à une douche pendant une semaine entière. C’est ce que j’ai fait par exemple en partant 15 jours sur une îlot en Colombie il y a deux ans (bloc Colombie). »

La faille dans la cuirasse ?

—> « J’ai parfois du mal à dire « non ». C’est un point que je dois travailler. Je l’ai remarqué et surtout mes collègues me l’ont fait remarquer lors de mon travail de guichetier (bloc travail d’été avec zoom sur un cas où vous n’arriviez pas à dire « non »). »

Quel est votre côté sombre ?

—> « J’aime partir loin de toute civilisation, sans même avoir accès à une douche pendant une semaine entière. C’est ce que j’ai fait par exemple en partant 15 jours sur une îlot en Colombie il y a deux ans (bloc Colombie). »

—> « Les cellules de la prison (bloc Genepi). »