• François Morin

Ces choses incroyables que les autres ont faites

Dernière mise à jour : 7 sept. 2020

Les concours sont des compétitions. Et en compétition, il faut prendre en compte deux comportements :

  1. Sur-valorisation. C’est la façon pour certains d’exister. Ils affichent d’abord une indéfectible confiance en eux, cela vous surprend d’ailleurs de voir autant de confiance, de sérénité. Ils n’hésitent pas à vous exposer leur projet, leurs expériences avec aplomb ou avec fausse modestie (« Non, je n’ai pas plus d’expérience associative que toi, juste 3 mois dans une ONG en Inde et la Présidence de l’association Voile de l’Université »). On a tous des exemples en tête de personnes qui se sur-valorisent ; le cas n’est pourtant pas si courant ; allez 5 % des candidats. Mais 5 % suffisants pour paniquer un groupe entier !

  2. Sous-valorisation. Vous avez l’impression que les candidats autour de vous ont tous faits des trucs incroyables : untel a construit un orphelinat en Inde, tel autre est champion de France d’escrime ou encore celui-là a voyagé autour du monde avec un âne pendant 1 an. Ca vous impressionne et vous vous sentez tout petit. Ce cas est très fréquent, vous êtes une bonne moitié à vous sous-valoriser.

Mise au point


Les choses incroyables : 2 %


- Une étudiante de 21 ans qui a écrit le premier tome d’une trilogie sur Robespierre

- Un étudiant de 18 ans qui dessine des attractions de parcs d’attractions avec une minutie et une passion impressionnantes

- Un étudiant de 19 ans qui a créé une entreprise de vente de balles de golf usagées, récupérées dans l’ensemble des golfs du nord de la France

- Une étudiante championne de France d’escrime et participante aux Jeux Olympiques

- Un étudiant ayant remporté le Concours général d’Histoire, agrégé d’Histoire à 22 ans


Voilà des profils qui impressionnent. On est d’accord. Mais remettons-les à leur place : ils représentent 2 % des candidats. Si vous ne faites pas partie de ces 2 %, ne cherchez à pas à lutter, ne soyez pas impressionnés, vous n’êtes pas en compétition avec eux. Ils sont manifestement au-dessus du lot.


Attention ! Ces mêmes candidats peuvent avoir d’autres aspects de leur personnalité qui ne plairont pas au jury et ça arrive (une candidate excellente à un Master 2 de droit, mais que le jury suspecte de vouloir trop prendre le leadership et qui pourrait mettre en péril l’esprit de la petite promo de 30 personnes du Master).


Les choses extraordinaires (au sens de pas si ordinaires que cela) : 20 %


- Un étudiant s’étant engagé avec son équipe dans l’Eco-marathon Shell et étant arrivé 3ème

- Une étudiante réalisant des maraudes 2 nuits par semaine pour le Samu social

- Un étudiant ayant pris une année sabbatique après son baccalauréat pour travailler en Grande-Bretagne

- Un étudiant ayant effectué un Tour d’Italie à vélo

- Un étudiant avec une passion pour le cinéma hong-kongais


Les choses très intéressantes sont plus fréquentes. Le jury n’est pas bluffé ; il apprécie la qualité et l’originalité des expériences, jugées suffisamment intéressantes pour donner un avantage. Cela concerne environ 20 % des candidats passant un entretien.


Les choses ordinaires : 78 %


Lire la suite sur www.produitsdentretiens.fr