top of page

Césure ou M1 avant de candidater ?




Vous êtes en dernière année de licence, vous comptez présenter les concours des écoles de commerce (MiM) l’année suivante (et non l'année de L3) et hésitez, d’ici là, entre faire une année de césure et vous engager dans un M1. Que faire ?


L’option du M1 est pertinente dans plusieurs cas. Si vous étudiez dans un domaine dans lequel vous excellez, le M1 va renforcer cette expertise et augmenter encore votre crédibilité pour vos prochaines candidatures. Par exemple, vous êtes un étudiant en droit avec 15 de moyenne en L3, le M1 va vous permettre d’asseoir un peu plus encore votre expertise en droit et va vous rendre encore plus attractif. Le choix de cette option du M1 sera renforcé si vous avez un projet en rapport avec cette formation initiale : vous faites des études en droit et souhaitez devenir avocat d’affaires. Et encore plus, si ce domaine de formation initiale ne fait pas doublon avec la formation visée. Exemple : vous êtes étudiant en droit et visez une business school; celle-ci appréciera votre solide expertise en droit portée par le M1. Contre-exemple : vous êtes étudiant en gestion et visez un MiM; votre avantage comparatif est assez faible, la formation visée ressemble fort à un doublon, mieux vaut s’arrêter à la L3 et viser une césure. Le M1 n’apportera aucune valeur ajoutée, vu de la business school.


La césure est une option très sérieuse, qui va certes vous obliger à jouer des coudes avec vos parents (pas très friands de ce genre d’aventure en général), dans les cas suivants. D’abord si vos résultats académiques ne sont pas brillants et ont peu de chance de l’être plus en M1. Votre futur dossier de candidature sera alors avant tout apprécié à l’aune de ces résultats académiques puisque vous n’aurez pas grand chose d’autre à mettre dans la balance. Une année de césure, faite de deux stages de six mois, dont un à l’étranger, ajoutera inévitablement de l’attractivité à votre CV. Ensuite, si vous avez déjà identifié que votre projet professionnel n’est pas dans la continuité de vos études initiales. A quoi bon poursuivre un M1 de droit si vous savez pertinemment que vous ne souhaitez pas poursuivre en droit ? Autant commencer à vous constituer une crédibilité sur une fonction ou un secteur en réalisant des expériences professionnelles; autant en profiter pour avoir des expériences longues à l’étranger. Bref, il s’agit de passer le message que vous ne postulez pas en business school parce que votre première formation ne vous plaît pas (et donc que vous tentez autre chose, peu convaincant); mais plutôt parce que vous avez identifié un domaine qui vous anime bien plus, et légitimement, puisque vous avez des expériences.


A vous de voir ! Ne cédez juste pas à la bonne vieille année de plus dans une discipline qui ne vous valorise pas. La valeur s’acquiert aussi en dehors de l’académique.


François Morin

Coach Admissions

Comments


bottom of page